DSC_0050Pour encourager les élèves à rompre avec leurs méthodes de revendication habituelle peu valorisantes et peu fructueuses, les animateurs et animatrices ont formés les élèves bénéficiaires du projet ADOLEAD sur les outils et techniques de plaidoyer ce jeudi 3 Mai 2018. Un outil de revendication qui permettra s’il est bien appliqué de réduire considérablement les actes d’incivismes observés en milieu scolaire.

DSC_0083« Dernier thème de la phase d’incubation, cet atelier sur les outils et techniques de plaidoyer vient répondre à un désir, celui de réorienter les méthodes de revendication scolaire. Jusqu’ à nos jours nos élèves ne connaissent qu’une seule méthode de revendication que celle de la grève qui aboutit très souvent à des scènes de désolation. Et c’est dans l’optique d’aider les élèves à redorer leur blason et réduire, voire faire disparaitre les actes inciviques et à obtenir plus de gain de cause au cours de leurs différentes revendications que ce module a été initié. » dixit le chargé de projet Monsieur Yacouba KABORE en introduction pour l’animation du thème.

Après le mot introductif du chargé de projet, c’est l’une des animatrices du Groupe Scolaire Azimut, Mademoiselle NEYA Cécille qui a pris la parole pour présenter la première partie du module à savoir les outils théoriques du plaidoyer. Au ce niveau elle apprendra aux élèves que deux aspects constituent la partie théorique à savoir les principes fondamentaux et les qualités requises pour le plaidoyer.  Pour ce qui est des principes fondamentaux nous retiendrons qu’ils sont au nombre de deux à savoir le principe de pacifisme inhérent au plaidoyer qui est contraire au mouvement de grève accompagné de violence et le principe de réalisme nécessaire au plaidoyer signifiant que l’acteur du plaidoyer doit poser et défendre une cause réalisable. Pour les qualités requises pour le plaidoyer, les élèves retiendront que le plaidoyer requière l’application d’une méthode rigoureuse et l’adoption d’une approche stratégique basée sur la prospection.

DSC_0028

La seconde partie, celle pratique qui a consisté à l’étude d’un cas pratique présentée par Monsieur Rasmané SINA.  Les élèves divisés en six groupes, avaient le devoir d’identifier dans un texte (décrivant une situation dans laquelle des élèves s’organisaient pour plaider le retour  des cours d’éducation civique dans leur programme) qui leur a été distribué le problème posé dans le texte, de proposer des solutions, de proposer trois activités à mener dans le cadre de leur plaidoyer, d’identifier les cibles de ce plaidoyer, de proposer un message et de proposer des moyens et des stratégies de diffusion de ce message. Une restitution de ces travaux de groupe, suivi d’une récompense du meilleur groupe a mis fin à l’animation du jour.

 

Stéphane POODA, chargé de communication adjoint de Génération Butterfly

Publicités